Ynara

Venez découvrir un monde où magie et technologie de pointe se côtoient pour ne former plus qu'un...
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Présentation d'Aeden (deuxième perso de Lélé) (Fini )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aeden K. Mendeliev
~Misérable petit newbie égaré~
avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 12/01/2009

MessageSujet: Présentation d'Aeden (deuxième perso de Lélé) (Fini )   Mar 13 Jan - 23:12

*Nom: Mendeliev. C'est la forme simple de son nom, qu'il utilise parmi les humains. Celle Haut-Deltau est nettement plus compliquée : Meyn'Del'Eev.

*Prénom : Aeden. Ses consonnances douces et aériennes masquent son sens propre. Dans l'ancienne langue Ynarienne, Aeden veut dire "désolation". Durant la période de sa vie où il habitait à Delnar, l'homme employait un autre prénom, Kaspar. En souvenir de celui-ci, il a conservé son initiale.

*Surnom(facultatif) : Il se désigne comme étant "Nyx" lorsqu'il revêt son masque, afin que personne ne sache qui il est réellement.

*Age : Le même qu'Ynara.

*Clan (Empire, Pirates, Survivants (Goah ou Jilaq), Guilde des Mages): : Il n'aime pas se classer dans un clan, mais si on lui pose la question, il se rattache à Lumière d'Estha car il estime avoir une dette envers Selphyr, la seule Haute-Deltanne qu'il respecte un minimum.

*Race : Haut-Deltau

*Grade: Légende

*Poste : Messager renégat de Serani/Ex-Général de Delnar et ex-Scientifique

*Classe : Maître Mage, bien qu'il possède une solide expérience dans le maniement des armes en raison de son passé de Général. Ses domaines de prédilection sont la magie Psi et le maniement de la lumière.

*Apparence physique :
Ce que l'on voit de lui suffit à provoquer une attirance indéniable. Frêle, mince et peu musclé, son corps fait croire qu'il est faible physiquement. Il n'en n'est rien : Aeden peut vous tuer sans que vous compreniez pourquoi. Sa démarche, grâcieuse et élégante, envoûte au premier regard. Son visage est perpétuellement caché sous un masque doré. Enfin... c'est un bien grand mot. Il peut l'enlever quand il veut se montrer. Des fentes au niveau des yeux, de la bouche et du nez lui permettent de voir, manger et respirer. On n'aperçoit que très rarement sa peau, dissimulée sous des habits ou de gants. D'un blanc neige, elle est d'une pâleur malative et parfaite.

Les rares personnes l'ayant aperçu sans masque, et qui n'en sont pas mortes, affirment toutes que ce qu'il y a dessous est extraordinaire. Et elles n'on pas tort. Un visage aux traits fins, androgynes, un nez droit, des lèvres pleines... Aeden est assurément un bel homme, à la beauté dangereuse et tentatrice. Ses yeux, d'un argent pur et doux, sont comme deux puits sans fond, témoignant de l'existence éternelle que notre Haut-Deltau a vécu. Il est difficile de ne pas sentir la sagesse et l'intelligence qu'il s'en dégage. Quand ses instincts animaux prennent le dessus, ils changent de couleur et deviennent d'un or fauve, de plus en plus foncé selon sa soif d'hémoglobine. Tout cela est complété par des cheveux d'un blond vénitien, aux reflets écarlates. Coupés jusqu'au bas du coup en une sorte de dégradé, ils masquent le front de l'homme selon ses envies.
Celui-ci prête particulièrement attention à son apparence : un dandy tel que lui ne peut se permettre d'être vêtu de chiffons. Tout dépend d'où il se trouve : en général, il se revêt à la mage, avec une tunique, des bottes et un pourpoint à l'ancienne, de couleur cramoisie, enveloppé dans une large cape terminée par des attaches dorées. Sinon, il porte un simple costume-cravate.

Niveau accessoires, il n'en a pas beaucoup. Un médaillon est toujours accroché à son cou, avec dedans la photo de la femme qu'il a réellement aimé (c'est chouuu x]).
Aeden aime bien se comparer à une rose rouge : une fleur belle, douce, mais avec de tranchantes et douloureuses épines...


*Description psychologique :
La personnalité décidément complexe d'Aeden est difficile à comprendre et à expliquer. Personne ne peut véritablement le cerner, tant que sa nature est troublante et imprévisible. Commençons par un détail essentiel : le Haut-Deltau est calme. Toujours. Quelques soient les circonstances, il ne perd jamais son énervante impassibilité. Il considère que céder à l'énervement est également céder du terrain à l'ennemi. En plus de cela, il se débrouille pour être amical, souriant, charmeur, voire moqueur : le parfait interlocuteur. Il dose toujours ses mots et s'adapte toujours à la personne qu'il a devant soi de façon à obtenir ce qu'il veut. Car oui, Aeden est un excellent manipulateur. Il traite les autres comme des pantins, et ne les considère pas autrement, ils ne sont que des outils pour atteindre ses propres objectifs. Pour lui, l'amour et l'amitié ne sont que des leurres. Il y aura toujours quelque chose derrière. La seule personne avec qui il a du mal à appliquer cette philosophie est sa fille, Leika. Il ne supporte qu'on la blesse, c'est son seul et unique point faible, bien qu'il s'oblige à l'utiliser.

La pitié, il ne la connaît pas. Lorsqu'il tue, c'est sans ressentiment et sans tristesse. L'intelligence est l'une des ses principales qualités. Il a un sens de réflexion et de déduction proche du génie, fort de ses milliers d'années d'existence. Il s'intéresse également à l'art, la musique et l'écriture. Son sens stratégique a permis de l'élever au rang de héros de Delnar (avant de passer à celui de traître mais c'est une autre histoire). C'est un homme très raffiné et cultivé, ce qui lui vaut beaucoup de succès avec les femmes. Manque de bol, il se fiche d'elles, mais pas de ce qu'elles peuvent apporter à sa mission.
Son charisme est une arme et il sait s'en servir.

Sous son attitude fausse, Aeden est hypocrite et cynique envers ce qu'il appelle les humains. Il est dégoûté par les crimes dont sont capables les Ynariens et la nature humaine. Son désir est de purger Ynara de ceux qui la détruisent, et aussi de la technologie qu'il juge mauvaise. Néanmoins, le pouvoir a commencé à le corrompre aussi, sans qu'il le sache...

Au fond de lui même, notre bad guy est triste de ce qu'il est devenu mais ne sent pas capable de renoncer. La mort de sa femme et de sa fille l'a brisé. De plus, l'attirance irrefrénée pour le sang qu'il a développé à ce moment là l'a amené à se considérer comme un monstre. L'éternité l'a rendu las et impatient.

Désormais, sa mission compte plus que tout. Rien ne pourra l'arrêter, il n'a peur d'aucune chose en ce monde, même pas de la mort...


Dernière édition par Aeden K. Mendeliev le Mar 24 Mar - 22:08, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aeden K. Mendeliev
~Misérable petit newbie égaré~
avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 12/01/2009

MessageSujet: Re: Présentation d'Aeden (deuxième perso de Lélé) (Fini )   Sam 17 Jan - 0:25

*Histoire :
-Carnet de bord d'Aeden ~ Non daté
Jaloux du fait qu'Amani et Jelowë avaient chacun ces créatures belles et enchanteresses qu'on appellait les Haut-Deltau pour les représenter, Mann'fault exigea la même chose. Il présenta sa requête au Dieu du Destin, qui, à son grand étonnement, l'accepta. Le boulot de Dieu de la mort était une tâche très difficile. Regarder sur le Livre de Fatalité chaque jour qui devait quitter la terre ferme, aller chercher les condamnés, les ramener et faire en sorte que leur séjour éternel soir le plus plaisant possible -ou pas-, tout cela était beaucoup sur les frêles épaules d'un seul homme. Et, dans le cas présent, d'un seul dieu. Voilà pourquoi, moi, Aeden Mendeliev, vins au monde, un jour maudit où mon Créateur aurait mieux fait de dormir. Contrairement à mes soeurs, je n'avais point de mère. Jelowë m'avait conçu seul, grâce aux forces mystiques régissant le monde, dont seul les Dieux ont le secret. A cause d'elles, je fus, des les premières minutes de mon existence, serviteur du Fléau. Pour l'éternité.
L'enfance pour moi fus un concept abstrait. Je suivis mon maître dans son monde funèbere, et l'assistai dès que je pus dans sa tâche monotone. Au début, j'avais une certaine curiosité face aux défunts que je voyais défiler. Tant d'existences achevées, de personnes différentes réunies en un même lieu. Puis, l'ennui me gagna, et je ne m'en soucia plus. Je devins comme eux, fragile et invisible, suivant les traces de Mann'feult, telle une ombre. Craint par ses semblables et par les hommes, fragiles et faibles créatures, il ne me faisait pas peur. Cependant, dès que je le voyais, lui et son effroyable puissance, un barrage m'empêchait d'articuler le moindre son. Toute communication était impossible. Il ne me voyait que comme un simple objet. Je n'avais donc personne à qui parler. Un sentiment commençait à s'installer en moi, au fil du temps. Une horrible et glaçante sensation de vide, qui me dévorait, peu à peu. La solitude. J'aurais fini par devenir fou, sans doute, si dans l'année de mes... cela n'a point d'importance, sachez seulement que j'étais encore jeune, je fis une découverte qui changea le cours de mon existence. Dans un coin du monde terne des défunts, j'entrapercus de loin un cercle d'où s'échapper une vive et colorée lumière. Intrigué, je m'approchai. Quand je fus suffisamment près, je puis voir qu'il s'agissait d'une sorte de fenêtre, qui donnait sur des terres d'un vert pur, entrecoupées de pics effilés qui brillaient sous la lumière d'un astre éclatant dont j'ignorais le nom. Tant de nouveauté me fascina. Je m'assis, et ne pus détacher de cette vision envoûtante. Les heures défilèrent, et j'admirais avec stupéfaction ce monde à l'étrange beauté. Je vis des archipels battus par les vagues, de grandes cités fourmillant d'activité, des montagnes sauvages parcourues par des troupeaux d'êtres poilus et enfin une multitude de gens, l'exacte copie des ombres grises de ma demeure. Sauf que cette fois-ci, ils étaient vivants.
A présent, je n'avais plus qu'une envie : y aller. Et vivre. Comme eux. Dans ma liesse, je n'avais pas entendu mon patron approcher. Dès que je perçus ma présence, je sursautai et me retournai. Il était là, derrière moi, ses lèvres cadavériques étirées en un rictus narquois.
-Aeden... , murmura t-il d'une voix basse et rauque, Désolation... Que fais-tu là ?

Je restai paralysé. C'était la première fois que mon maître m'adressai délibérément la parole. Balbutiant, j'eus de la peine à trouver une phrase sensée :
-Je...je regardais.. C'est tr...très joli ? Comment s'appelle cet endroit ?

Manfeult éclata de rire. Son soufle fétide me blessa les narines. Il s'appuya sur mon épaule, et je déglutis. Il n'avait guère plus de poids qu'un squelette.
-Ynara. Ce lieu maudit s'appelle Ynara. Aeden...tu es trop naif. Regarde. Je vais te montrer le vrai visage de ce monde, une pomme parfaite rongée par des vers...

Il leva la main. Le cercle se teignit de sang. Des hommes défilèrent en rangs alignés, armés de pointes tranchantes et létales. De l'autre côté, une autre troupe s'avançait également. Ils fondirent l'un sur l'autre. Puis là, des corps qui tombèrent. La sueur. Le sang. La mort. Des maisons incendiées. Des femmes en pleurs et implorant le ciel d'être épargnées. Des bébés d'a peine quelques mois gisant par terre, désarticulés. Je hurlai.
-Tu as vu, Aeden ? La folie des hommes pourrit Ynara. Bientôt, il n'en restera plus qu'un misérable trognon.

J'acquiesçai, tremblant. Après cet épisode, je ne revins plus vers la fenêtre pour un certain temps. Un verrou semblait avoir sauté dans l'esprit de Mann'feult, car il ne cessait de m'assommer de pamphlets sur la corruption des hommes. Ces idées me rentrèrent dans la tête, mais au fond de moi, je m'y réfutais d'y croire. Pendant des années, je crus n'avoir plus à cotôyer Ynara. Je me trompais. Longtemps après mon passage à l'âge de maturité pour un Haut-Deltau, Mann'feult et moi fûmes convoqués par Serani. Le plus grand des dieux me confia une mission : annihler la technologie de Delnar qui commençait à devenir dangereuse pour les Dieux. Selon lui, mes deux soeurs ne pouvaient s'en charger. Ne pouvant pas s'incarner impunément sur Ynara, il ne restait que moi pour effectuer cette têche que j'acceptait à contrecoeur. On me dota de pouvoirs spéciaux et dévastateurs et de grandes capacités en combat. Enfin, on m'envoya sur la terre ferme.

Là-bas, je constatai à mon grand désarroi que ce que m'avait prêché Mann'fault avait un fond de vérité. La mission de Serani n'étant pas à accomplir tout de suite -et puis, je doute que ce fut possible-, j'errai quelque temps sur Ynara afin de m'habituer à ces peuples. Le comportement des humains m'inspira d'abord du dégoût. Rien à voir avec les pacifiques êtres de l'endroit d'où je venais. Mais, au fur et à mesure que je découvrais ce monde et des enseignements que j'apprenais, je commençai à les pprécier. Malgré leurs défauts, ils avaient un côté qui me charmait. Pourtant, je ne pouvais oublier le devoir qui m'avait été confié. Après une longue vie sur les chemins, je pris donc la route de Pandoris, la capitale du Royaume de Delnar. Aussi incroyable que ce fût, une fois arrivée à cette ville, je m'y perdis. Je n'avais jamais vu d'endroit aussi...spectaculaire auparavant. Tous ces immeubles gigantesques et ces véhicules démoniaques m'impressionaient. Je comprenais pourquoi Serani voulait que je les détruise. J'arrivais devant un bâtiment imposant, tout de marbre et de verre. Il m'inspira et tout naturellement, j'y entrai. Je déambulai quelques temps dans les couloirs blancs, sillonés d'immenses baies vitrées donnant une vue imprenable sur la cité. De nombreux jeunes gens, tous entre 16 et 18 s'y promenaient, discutant en groupes et ne m'accordant pas la moindre attention. Je n'osai pas les interpeller. Si la discussion tournait mal, ils étaient en surnombre. Tout à coup, je bousculai quelqu'un. Je marmonnai de vagues excuses, mais une main me saisit au collet. Avant que je ne puisse réagir, deux grands yeux noirs me fixaient avec fureur. Ils appartenait à un garçon vers la fin de son adolescence. Il avait des cheveux noirs, des bras puissants et musclés et un air que je qualifirais de...noble.
-Sais-tu à qui viens-tu de manquer de respect, maraud ? cracha t-il.

J'eus envie de faire sauter son cerveau mais je doutais que ce serait bien vu. Je me résignai donc à jouer la carte de la soumission, comme un bon petit humain.
-Non.
-A Heindall Shikamasu, prince héritier de la maison Shikamasu, futur roi de Delnar ! Agenouille-toi et excuses-toi devant ton seigneur !

Futur roi de Delnar ? L'information s'avérait intéressante pour ma mission. Plus j'étais proche de la famille royale, plus je serais susceptible de détruire leurs forces technologiques. Je savais que me soumettre au prince ne lui inspirerai que du mépris... Alors que si je le défiais, il se soucierait beaucoup plus de moi.
-Non.

Le prince parut surpris et dégoûté. Les amis qui l'accompagnaient gloussèrent bêtement.
-Très bien. Alors, je te défie en duel, ce soir, devant toute l'Académie Militaire. Qui es-tu d'ailleurs, bouffre ?
-Je suis le fils du comte de Vitepsk, Kaspar Vitepsk Mendeliev.
-Alors Mendeliev, à ce soir dans la cour intérieure, si tu ne veux pas perdre ton honneur !

Je le regardai s'éloigner, et les autres élèves de l'Académie s'étaient arrêtés et me dévisageaient. Je souris. J'avais trouvé un moyen, certes long, mais ma mission avait tout le temps, de me hisser au plus haut de l'Etat. Je pouvais remercier Sérani pour son aide.
Deux trois illusions plus tard, j'avais réussi à convaincre les dirigeants et la totalité de l'Académie que le jeune fils du Comte de Vitepsk existait réellement. A mon âge, j'étais un maître dans l'art du Psionisme. J'allai au duel contre le Prince et le remportai avec facilité, fort de mes milliers d'années d'expérience. Ensuite débuta mon cursus à l'Académie. Je réussis sans difficulté à me faire passer pour un gamin de dix-sept, l'âge du Prince. Je devins très vite un de ses meilleurs amis. Comme lui, j'excellai dans tous les arts du combat. Comme lui, ma beauté attisait toutes les convoitises. Je jouissais d'une popularité exceptionnelle. Et, étonnament, je pris goût à cette existence de jeune oisif. Je rajeunis alors que je devais être un vieillard.
Tous les soirs, j'écumais les tavernes et faisais la fête jusqu'au petit matin. Très vite, je fis la connaissance des autres Shikamasu. Ils étaient vraiment admirables. Adgar, le roi, gouvernait avec sagesse et ne paraissait pas utiliser la science de son royaume à de mauvaises fins. Je me demandai plusieurs fois le sens de ma mission. Heindal et moi devinmes très intimes. Derrière sa façade austère se terrait un jeune homme qui voyait son futur avec anxiété. J'étais son seul véritable ami. Cela était réciproque. Je l'appréciais sincérement.
La formation de l'Académie durait trois ans. Réservée aux nobles, elle préparait à des postes d'officiers ou de commandants dans l'armée. Bien entendu, je visais plus haut. Et je comptais sur Heindall pour cela. Mon plan pour atteindre les sommets de la hiérarchie Delnarienne n'avait aucune faille. Mais vers la fin de l'année, je commis une erreur que je regrette encore aujourd'hui. Nous étions dans notre établissement favori, devant un bon petit verre de vodka. Heindall souriat, et ses yeux luisaient de joie. J'ignorais pourquoi. Au bout d'un moment, il me dit :
-Tu sais, j'ai rencontré une fille.

Je m'abstins de tout commentaire. Heindall rencontrait souvent des "filles", et il en changeait comme il changeait de chemise. Nous nous les échangions parfois. J'étais étonné que ce soit là la source de son bonheur. De la même façon que s'il avait surpris mes pensées, il ajouta :
-Cette fois-ci, c'est différent. Tu ne peux pas comprendre. Elle est extraordinaire. (il s'interrompit et murmura si bas qu'à part moi, personne ne pouvait l'entendre). Dis-moi ce que tu en penses.
-Elle est ici ?
(Collection Harlequin, le retour !)
A l'instant où je posai cette question, une jeune femme blonde s'avança timidement vers nous. Nos regards s'entrecroisèrent. Je fus comme électrisé.
-Enchantée. Je m'appelle Amalia Myrdin. Et vous ?

Incapable de répondre normalement, j'articulai mon prénom dans un souffle. Heindal avait raison. Toute la soirée, elle illumina notre table. Et je n'en pensai qu'une chose : elle ne convenait à Heindal. Elle était bien trop extraordinaire pour lui.


Dernière édition par Aeden K. Mendeliev le Mar 24 Mar - 20:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aeden K. Mendeliev
~Misérable petit newbie égaré~
avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 12/01/2009

MessageSujet: Re: Présentation d'Aeden (deuxième perso de Lélé) (Fini )   Mer 18 Fév - 18:09

A la sortie de l'Académie, je devins directement capitaine de la 2ème division d'épéistes. En ces temps-ci, j'étais au chômage technique. Je m'efforçais d'oublier Amalia mais elle hantait inlassablement mes pensées. Cela était peut-être parce que je la voyais souvent, et qu'elle était devenue une très bonne amie. J'avais découvert qu'elle était Mage, et cela nous avait considérablement rapprochés. J'en avais profité pour lui apprendre quelques sorts de pacotille. Pour rien au monde, elle ne soupçonnait l'attirance que j'avais pour elle. Elle était l'humaine la plus passionante que j'avais rencontré jusque là. Ses opinions étaient tranchées, et elle ne supportait pas l'injustice. C'était une femme forte. Du moins, je le croyais. Vers les 26 ans de ma ve fictive, je fus promus commandant de l'infanterie. Le roi faisait mes louanges, je pouvais le manipuler comme un petit toutou. Mais j'avais oublié la tâche que je devais accomplir, et mes maîtres ne me disaient rien.
Au printemps, Heindal et Amalia se marièrent. Je vins au mariage. Le monde des morts me parut plaisant.
Un évèement funeste vint gâcher cette mélasse écoeurante de bonheur. Quelques jours après, le roi se fit déchiqueter par un dragon enragé. Heindal prit sa place, et je perdis contact avec lui, jusqu'au jour où Amalia vint me trouver dans ma caserne. Ses bras et ses cuisses étaient couverts de bleus et un hématome défigurait son beau visage. Hors de moi, je lui demandai qui avait osé lever la main sur elle. Elle me répondit en pleurs que son mari devenait fou, qu'il fallait absolument le raisonner et qu'elle crainait pour la vie du garçon qui grandissait dans son ventre. Immédiatement, je me rendis au palais. Lorsque j'en ressortis, Heindal avait retrouvé toute sa raison et sa joie de vivre, ainsi que ses ministres qui se réjouissaient de ne plus avoir à maintenir le royaume hors de l'eau. Mais le mal était fait. Le général démissiona. Mon ami me choisit sans hésitation pour le remplacer. Tout le monde était d'accord. On m'acclama dans les rues. Je n'avais plus envie de saborder Delnar. Je m'y plaisais bien trop. Neuf mois passèrent, et l'héritier nacquit. Il se prénommait Kuro. On me pria d'être son parrain, ce que fis sans joie. Un vent de sérénité semblait souffler sur les Shikamasu. Folle illusion ! Deux mois après, je reçus un coup de fil affolé qui m'informa de la disparition de la reine. Je pris mon raiten et partis tout de suite à sa recherche. Je la retrouvai à l'aube, hagarde, perdue dans un champ, à peine vêtue d'une robe blanche. Elle portait un revolver. Ses yeux s'écarquillèrent à ma vue, et se remplirent de larmes. Je lui demandai, le coeur battant, ce qu'elle comptait faire.
-Je n'en peux plus. Heindal est si cruel ! Il refuse d'admettre que je ne puisse plus l'aimer, et il me bat, toujours, encore. Sa jalousie me fait peur, il se défoule sur moi... Je ne sais plus quoi faire, j'ai si peur, je ne suis qu'une simple mage et il est un empereur... J'en ai marre de cette existence de souffrance, je veux en finir !

Je la pris dans mes bras, tendrement, en lui murmurant de ne pas le faire. Elle ne résista pas. Alors, je l'embrassai. A la fin de notre baiser, elle murmura qu'en réalité, elle m'aimait depuis toujours... Nous passâmes ensemble la nuit dans le champ, loin de tout. J'étais heureux. Quand Amalia se réveilla, elle fut prise de nausées. Elle me confia avec incrédulité qu'elle sentait grandir quelque chose à l'intérieur d'elle. Au fil des heures, son ventre s'arrondissait. Il fallait se rendre à l'évidence : ee était enceinte. Peut-être était-ce le fait que j'étais une créature divine que sa grossesse se faisait en accéléré. Quoi qu'il en soit, à la fin de la journée, mon enfant nacquit. Submergé par le bonheur, je choisis son prénom : Leika. Dès que je la vus, je sus que je l'aimerais plus que tout au monde. D'un commun accord, nous décidâmes que je la garderais et que nous ferions comme si rien ne s'était passé. Cela me déchirait le coeur, mais pour notre propre sécurité, personne ne devait soupçonner les origines de Leika. Je fis promettre à Amalia de s'éloigner de son mari, et je repartis à la caserne. De retour, j'annonçait que je l'avais cherché partout mais que je l'avais pas trouvé, et que sur le chemin du retour, une ex-connaissance m'avait confié le bébé. Tout le monde goba mon mensonge : et on se mit à plaisanter sur le fait qu'un général devait éviter de traîner à droite à gauche.
Cinq années merveilleuses passèrent. Leika me comblait. Elle était adorable. Une lune s'effondra sur Ynara, mais je m'en fichais : ma fille suffisait à mon bonheur. J'eus plus de travail et je partais souvent en campagne. Dans ce cas, je laissais Leika à la nourrice du palais, et elle grandissait avec ses demi-frères et souer. Elle et Kuro s'entendait comme chien et chat : et je souriais lorsque la nourrice me rapportait qu'elle l'avait forcé à jouer à la poupée. Je la trouvais vive, et très intelligente pour son âge. Surtout, elle était mon portrait craché. Sauf au niveau du caractère, où elle avait hérité de sa mère. Une jeune femme prénommée Selphyr arriva au palais. Une de mes semblables. Je sus qu'elle était là pour me sermonner, et je me débrouillais toujours pour l'éviter. Malheureusement, elle finit par me trouver, et me marmonna froidement :
-Père m'a chargé de te dire que Sérani s'impatiente. Tout le monde croit que tu as trahi leur volonté. Seul Mann'feult jubile. Il a laissé entendre qu'il s'occupera de toi.

J'aurais dû l'écouter, mais je n'en fis rien. Un jour, Amalia disparut. Il fut annoncé qu'elle était décédée mais ce n'était pas rai. Je le sentais. J'étais inquiet, et cela se ressentait sur Leika qui pleurait très souvent. Un jour, plus rien. Je sus qu'ils l'avaient tuée. Heindal. Il était sûrement derrière tout ça. J'allais le tuer... non, il fallait d'abord que je mette Leika en sécurité. J'agis trop tard. Alors que je me préparais à fuir, des soldats débarquèrent dans mon appartement. La milice du roi. Heindal apparut. Il était au courant, cela se voyait sur ses traits tordus par la haine.
-Kaspar... siffla-t-il, tu m'as trahi ! Tu as couché avec ma femme, cette fille de catin !
-Ne l'appelles pas ainsi ! Tu l'as tuée, enfoiré !
-Quoi que nous avons fait, assena t-il durement, il faut désormais en assumer les conséquences. Et réparer ses erreurs.

En disant cela, il regardait Leika, et je compris tout de suite où il voulait en venir. Je me plaçai devant Leika, apeurée et tremblante, prêt à l'attaque. Ensuite je crachai, d'un ton si venimeux que je sus que notre amitié était définitivement finie :
-Tu ne toucheras pas à ma fille. Il faudra me tuer d'abord !

Heindal émit un ricanement méprisant. Les miliciens restaient immobiles, sans état d'âme, leurs fusils toujours braqués sur ma fille.
-As-tu l'arrogance d'affirmer que ta vie a encore de la valeur à mes yeux ? Un traître, ça se remplace. Quoique.. tu étais un assez bon traître. Comme c'est dommage... Je ne laisserai pas ce sang bâtard se propager, et mettre en danger le trône. Quelque soit le prix à payer !

Je réalisai alors que c'était peine perdue. Ma détermination se mua en un morne abattement. Je pouvais me débarrasser sans peine d'Heindal et de ses hommes. Mais le destin d'Ynara en verrait changé, sans roi pour gouverner la plus importante nation de la planète. Ma rage et mon égoïsme ne valaient pas le sacrifice de millions d'Ynariens au chaos. J'étais incapable de faire cela. J'étais lâche et impuissant. Heindal ne me laissait pas le choix. Ma mort n'empêchera pas Leika de se faire assassiner. Ce constat m'entraîna à prendre une décision qui me précipita dans ma chute. Jeme détournai d'elle, m'obligeant à ne pas regarder ses yeux implorants, et déclarai d'une voix atone :
-Très bien. Tes désirs sont des ordres. Cependant, j'ai une faveur.
-Laquelle ?
-La tuer moi-même. Seul.

Heindal me foudroya du regard. On aurait dit qu'il allait refuser. Mais étrangement, son expression s'adoucit, et devint...plus humaine. Comme celle que j'avais connu autrefois.
-Faveur accordée. Tu as deux minutes, dit-il en sortant, suivi de ses hommes.

Heureusement, Leika ne parut avoir rien suivi de l'échange et me demanda craintivement s'ils s'en allaient pour de bon. Le coeur lourd, j'acquiesçai avec un sourire des plus factices puis je lui annonçai que nous aussi, nous allions partir. J'enlaçai la fillette une dernière fois. Des larmes de soulagement coulaient sur ses joues. Luttant contre les miennes, je la pris par le bois, et j'allai sur la terrasse de mes appartements. Il neigeait à gros flocons. Le blizzard sifflait avec force à mes oreilles. De ma main glacée, je pris mon revolver...
Leika hurla.
La neige pure se tâcha d'écarlate.

***
Carnet de bord d'Aeden ~ De nos jours

Cela fait au moins une trentaine d'années, voire plus, que cela s'est passé. Rien à l'échelle d'une vie immortelle. J'ai pû sauver la vie de Leika. Au prix de ma propre liberté. Mann'feult a épargné son âme en échange de la mienne. J'ai dû travailler avec acharnement pour la ressouder à un corps. J'ai abandonné les armes et les arts au profit de la science. Selphyr m'a beaucoup aidé, contre toute attente. Ensemble, nous avons élaboré les bases de ce que les Delnariens appellent aujourd'hui "Nephen". Je suis resté au service de l'Empire. Tous mes sentiments s'étaient évaporés. Haine, mépris, joie, amour... Je n'éprouvais plus rien. Quand Leika revint au monde, je pris une décision. Au lieu d'éradiquer la technologie ou l'Empire, j'éradiquerai le mal. Le Mal qui nait dans le coeur des hommes pour s'épanouir et prospérer tel une mauvaise herbe. Et pour cela, il fallait que j'élimine tout les porteurs de ce Mal. Les hommes ne devaient plus exister. Je ne fis part de cette décision à personne, je savais très bien qu'on chercherait à m'arrêter.
Leika terminée, je quittai la section scientifique pour rentrer dans l'armée. En tant que Général. Rien de plus facile. Je m'arrangeais pour me rapprocher de Leika, qu'on avait égalament placée là-bas. Je savais qu'elle pourrait m'être utile plus tard. Quant je la revis, je fus déçu. Elle n'avait plus rien à voir avec ma délicieuse fille, elle était devenue si stupide... si humaine. Heindal s'éteignit prématurément, un soir de mai. Je le revis, sur son lit de mort. Je m'étais approché de lui, silencieux. Il m'avait prit le visage entre ses mains frêles et ridées.
-Toi... Les années passent et tu es toujours... si jeune...

J'avais hoché la tête et j'étais parti sans me retourner. Ses pensées m'avaient traversés. Il me pardonnait. Il s'excusait des ses actes qu'il regrettait profondément. Mais je ne lui adressai même pas un remerciement. Ce fut au jeune Kuro de régner. il me faisait tellement penser à son père. Manipulable à souhait. Je lui suggérai l'idée de prendre Leika comme garde du cors, ce qu'il fit. Mais cet idiot s'arrangea pour lui briser le coeur. Cela m'énerva. J'avais compté sur Leika pour l'atteindre. Selphyr se révolta et partit. Une gêneuse de moins. Avant qu'elle s'en aille, j'en profitai pour lui demander ce qu'il avait poussé à me soutenir. Elle avait haussé les épaules et lâché d'un ton neutre qu'elle avait pris pitié du joujou des dieux. Je ne fis mêmepas surpris. Après tout, cela n'avait rien d'étonnant que les Dieux s'étaient servis de moi depuis le début. De quelle manière, je l'ignorais, mais cela ne m'intéressait pas.

Ma justice était proche. Irrévocable. Je commençai à me documenter sur les artefacts sacrés des Dieux. J'avais une idée pour me débarrasser du Mal. L'épée, l'Amphore et la Pierre de Vie. C'est tout ce qui me fallait.

Maintenant, je suis dans ma cellule. J'ai organisé ma propre exécution. Leika deviendra Général à ma place. Et moi, j'irai à la recherche de ces trois artefacts. Les Dieux devaient se préparer à trembler devant moi.


Dernière édition par Aeden K. Mendeliev le Mar 24 Mar - 21:26, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meekh Jylenth
~Admin~
avatar

Messages : 376
Date d'inscription : 20/04/2008
Age : 108
Localisation : Regarde sur ta carte, imbécile !

Feuille de personnage
Grade: Légende
PR:
0/100  (0/100)
Raiten:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Présentation d'Aeden (deuxième perso de Lélé) (Fini )   Mer 18 Fév - 20:05

Bah voilà c'est pas trop tôt ! XD

_________________
Vive http://monsieur-zzzzz.labrute.fr !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ynara.forum-actif.net
Lyle Gaël Sarna
~Admin/ Général des forces sictayannes~
avatar

Messages : 393
Date d'inscription : 20/05/2008
Age : 23
Localisation : Que de mystères...

Feuille de personnage
Grade: Légende
PR:
0/100  (0/100)
Raiten:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Présentation d'Aeden (deuxième perso de Lélé) (Fini )   Mer 18 Fév - 23:47

Yeah pas mal Soso, tu pourrais encore continuer =D, la fin est assez frustrante, j'aimerais bien savoir ce qu'il vont faire au "ça".

_________________

Invité viens à moi...
Gnihihi:http://bob-le-revenant.labrute.fr

Lyle Gaël's theme (actualisez ça marche pas à tous les coups)
http://www.seeqpod.com/search/?plid=1b645e88ba
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zero-sum.forumactif.org/index.htm
Leika Mendeliev
~Admin/The parrain/Général de Delnar~
avatar

Messages : 467
Date d'inscription : 21/04/2008
Age : 23
Localisation : A un endroit où je ne peux pas voir ta face idiote xD

Feuille de personnage
Grade: Légende
PR:
0/100  (0/100)
Raiten:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Présentation d'Aeden (deuxième perso de Lélé) (Fini )   Jeu 19 Fév - 0:32

Mais euh, j'ai pas fini, arrêtez de polluer ma prèz xD

_________________


Invité tu cherches l'embrouille x]
¤Leika's theme¤
http://www.deezer.com/track/539347
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://akenia.superforum.fr
Aeden K. Mendeliev
~Misérable petit newbie égaré~
avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 12/01/2009

MessageSujet: Re: Présentation d'Aeden (deuxième perso de Lélé) (Fini )   Mar 24 Mar - 21:53

¤Armes :
-Shin no Tamashi : Une longue et large épée à une main, incrustée de runes noires. Son nom veut dire littéralement "Âme de la mort". Aeden peut décider d'activer le pouvoir des runes, ce qui la change en large faux.
-Revolver
-Une chaîne.

¤Véhicules/Familers : Nothing

¤Pouvoirs et sorts:

*Pouvoir : Avec un seul contact physique, Aeden a accès à certains souvenirs et pensées de ses interlocuteurs. Capacité spéciale du Haut-Deltau, il l'a peaufinée au fil des ans. Cependant, il arrive que certaines personnes y sont immunisées. Selphyr Jalanda en fait partie.

I]La Danse des Lucioles
Ce sort est l'un des plus redoutables d'Aeden, la fusion parfaite de ses talents de Psionique et de Mage blanc. Dans un premier temps, il fait apparaître des milliers de points jaunes lumineux, ressemblant à des lucioles, qui voltigent un peu partout autour de lui. Le moindre contact avec eux est fatal : la "luciole" pénètre dans le corps de l'ennemi, et se fixe directement dans ses centres nerveux. Aeden dispose alors d'un contrôle total sur son adversaire : il peut tout arrêter, que ce soit un bras, un oeil ou le coeur. Tant que le sort est actif, ses effets le sont aussi.Mais il demande une grande quantité d'énergie et le Haut-Deltau ne peut le maintenir très longtemps. De plus, si un corps vivant qu'il ne souhaite pas contrôler tobe dans son piège, il peut choisir de le rejeter en tuant la luciole. Celle-ci explose directement dans l'organisme de son adversaire.

II]Lumière divine
Ce sort garantit à Aeden une maîtrise de la lumière. Il peut concentrer des rayons dans la paume de sa main et dans son corps tout entier.

III]Mesmerize
Il s'agit d'une technique d'illusion et d'hypnôse. Aeden peut imposer au cerveau de quelqu'un des choses ou des croyances précises, pour les conduire a faire ce qu'il veut. C'est de cette façon qu'il a effectué sa formidable ascension.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Présentation d'Aeden (deuxième perso de Lélé) (Fini )   

Revenir en haut Aller en bas
 
Présentation d'Aeden (deuxième perso de Lélé) (Fini )
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Conseils pour réaliser une fiche de RPG
» Deuxième perso de Tigrou
» Fiche de personnage prédéfini
» Formulaire de présentation d'un personnage inventé
» Rp - Fiche de présentation

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ynara :: Avant de jouer :: Le Registre :: ¤Présentations non validées-
Sauter vers: